Berkendael – Brugmann

A la fois résidentiel, chic et cosmopolite, le quartier Berkendael présente un patrimoine architectural magnifique dont les premiers édifices datent de la fin du 19ème siècle et furent construits sous l’impulsion de Georges Brugmann.
Berkendael est l’un des quartiers les plus agréables d’Ixelles : artères aérées, bordées d’arbres, urbanisme ambitieux mais à taille humaine,… L’essentiel aujourd’hui consiste à en préserver la qualité et la tranquillité.

rue_louis_hymans_-_l1040090.jpg
Portrait historique

18ème siècle : Le quartier Berkendael (ou « Vallon aux bouleaux ») est encore campagnard. Seules les chaussées de Waterloo et de Vleurgat existent depuis le Moyen-âge. On identifie deux petits noyaux villageois : « Vleurgat », situé au carrefour des deux chaussées, et « Tenbosch ».

1875 : le banquier Georges Brugmann (1829 – 1900), propriétaire d’une grande partie de Berkendael, lance sa valorisation immobilière. Son premier projet significatif : la création de l’avenue qui portera son nom.

1898 – 1902 : le géomètre César Boon dessine le plan des rues du quartier, notamment la très belle avenue. Louis Lepoutre.

1905 : création par le docteur Antoine Depage de l’Institut chirurgical Berkendael, 29 place Brugmann. Ce bâtiment est l’œuvre de l’architecte Jean-Baptiste Dewin ainsi que son voisin, le Centre de Santé de la Croix –Rouge réalisé, lui, en 1926.

De 1905 à 1910 : travaux de voiries (nivellement, pavage, réseau d’égouts, …)

dsc00747.jpg
1914 : naissance, au n° 116 de l’avenue Louis Lepoutre, du grand écrivain argentin Julio Cortazar (+ 1984). Son buste fut inauguré en 2006.

Années ’20 et ‘30 : construction des premiers immeubles, commerces, maisons de rapport ou unifamiliales, le long des nouvelles artères.

1928 : Le célèbre violoniste Eugène Ysaÿe s’installe à l’angle des rues Bouilliot et Van Driessche dans un immeuble à appartements de style art déco conçu par l’architecte Raphaël Delville.

1929 : création de la Maison Wolfers rue Alphonse Renard 60 par le grand architecte moderniste Henry Van de Velde, fondateur notamment des écoles de Weimar (précurseur du Bauhaus) et de La Cambre.

1935 : édification de l’église Notre-Dame de l’Annonciation.

Après ‘45 : la zone comprise entre la rue Jean-Baptiste Colyns et la fin de l’avenue Molière constitue la dernière grande vague d’urbanisation.

Années ‘ 80 : début du redéveloppement commercial de la place Brugmann avec entre autre l’ancienne pâtisserie Gaudron et la librairie Candide.

2006-2012 : transformation de l’ensemble hospitalier de la place Brugmann en complexe immobilier résidentiel. De l’ancien Institut du Sang de la Croix-Rouge (arch. L. Attout, 1949), situé à l’angle de la rue Picard, seuls quelques éléments de l’entrée ont été conservés et intégrés dans un nouvel immeuble.

place_brugmann_-_l1060500x.jpg

Qui sont ses habitants ?

Berkendael est le quartier le plus résidentiel d’Ixelles. Il compte parmi ses habitants 62 % de personnes isolées, ce qui est presque un record à Bruxelles. On y dénombre donc peu de familles, elles ne représentent qu’environ 15 % des ménages. La population dispose d’un revenu relativement élevé. Les 44 % de ressortissants étrangers (parmi lesquels 32 % sont issus de l’Europe des 27), donnent au quartier un caractère cosmopolite et multiculturel. La densité est de 12.461 hab/km², soit le double de la moyenne bruxelloise !

place_brugmann_-_l1040092.jpg

Nos propositions pour le quartier

Valoriser le caractère remarquable du patrimoine

  • Protéger et valoriser les immeubles exceptionnels : primes à la rénovation, conseils, classement d’immeuble,…
  • Empêcher la destruction du petit patrimoine lors du remplacement de portes et fenêtres. Interdire les châssis en PVC !
  • Ne pas implanter d’antennes GSM sur la tour de l’église !!!
  • Améliorer la qualité des intérieurs d’îlot, par exemple en encourageant, par des primes, la réalisation de toitures jardins sur les boxes de garage.

dsc00754.jpg

Entretenir et réaménager les « espaces verts » du quartier

  • Refaire de l’avenue Louis Lepoutre une véritable promenade agréable (empêcher le stationnement sauvage, supprimer les petites haies inutiles, dissuader les déjections canines).
  • Si la place Brugmann doit être redessinée, ce sera dans le cadre d’un projet public, souhaité et partagé par les habitants à l’issue d’un processus de participation.
  • Etendre les horaires d’ouverture du parc Tenbosch qui ferme aujourd’hui beaucoup trop tôt !
  • Des espaces publics de qualité
  • Veiller à la qualité des trottoirs en étant beaucoup plus vigilant quant à la pose des pavés, souvent mal scellés.
  • Mieux informer les riverains sur les chantiers de voiries et surveiller de près leur exécution afin de limiter leur durée et améliorer leur qualité.
  • Enterrer la bulle à verre de la place Brugmann et réaménager ses abords.

dsc00738.jpg
Optimaliser l’offre de stationnement

  • Étendre le plan de stationnement à l’ensemble des rues. Aujourd’hui les véhicules fuient les zones « oranges », où le stationnement est régulé par des horodateurs (comme la chaussée de Waterloo) pour s’agglutiner dans les rues « blanches » contigües, sans horodateurs ou disque, au grand dam des riverains.
  • Mieux signaler la réglementation en vigueur. Actuellement, si le plan est annoncé par un panneau en début de zone, il n’est jamais rappelé. Un distrait peut être vite pris en faute…
  • Elargir les plages horaires du plan de stationnement en soirée car les problèmes se concentrent au moment du retour des riverains et de l’arrivée des clients des restaurants et cafés.
  • Lutter contre les faux garages qui privatisent des places en voirie.
  • Le parking souterrain sous la place Brugmann, tel que proposé récemment par des promoteurs immobiliers, n’est pas souhaitable.
  • Etudier la possibilité d’urbanisation du parking à ciel ouvert du supermarché Carrefour de la chaussée de Waterloo pour y créer du logement de qualité, un espace vert et du parking en sous-sol.

Améliorer la mobilité

  • Limiter le trafic de transit. Notamment en faisant de la chaussée de Waterloo une voirie prioritaire et ainsi dissuader ainsi d’utiliser les petites rues perpendiculaires, comme la rue Renier Chalon, avec son école maternelle et sa plaine de jeu, qui connait actuellement un trafic trop dense.

plaine_de_jeu_renie_chalon_-_l1040127.jpg

  • Augmenter l’offre de transport en commun. Actuellement, la fréquence des bus est trop faible par rapport à la demande et les trajets sont beaucoup trop lents. Favoriser la circulation des bus au carrefour Lepoutre – chaussée de Waterloo en créant une petite bande réservée.
  • Multiplier les itinéraires cyclables protégés, notamment le long des avenues Franz Merjay et Jean-Baptiste Colyns qui entourent et organisent la circulation du quartier.
  • Faciliter et sécuriser les cheminements piétons, notamment en ne plantant plus d’arbres au milieu des trottoirs (!) et en élargissant à 3 m les trottoirs de la chaussée de Waterloo.
  • Réaménager le carrefour Vleurgat / Waterloo / Molière pour plus de sécurité routière ;
  • Mieux protéger les places de carsharing par de petites barrières amovibles (comme ailleurs sur la commune).

avenue_lepoutre_-_l1060495-1x.jpg
Dynamiser le quartier sans bousculer ses habitants

  • Favoriser la dynamique commerçante et horeca dans le respect de la quiétude des riverains.
  • Encourager la reconversion en logement des immeubles à l’origine résidentiels mais occupés par des bureaux dans les années ’80 et ’90.
  • Etudier la possibilité d’agrandir l’école de la rue Renier Chalon en créant une section primaire.
  • Organiser une concertation régulière avec les habitants, commerçants et usagers afin de définir, ensemble, le devenir du quartier.

Les candidat.e.s Ecolo-Groen de votre quartier :

Gilles Vanden Burre, n°13
Marie-Rose Laine, n°16
Isabelle Vanlathem, n°24
Béatrice De Wykerslooth, n°30
Eddie Bonesire, n°31

berkendael-brugmann.pdf